AGS Déménagements

AGS développe des talents en Afrique.

Trois directrices d’agence AGS honorent la confiance qu’AGS Déménagements Internationaux accorde au personnel dynamique et porteur d’idées nouvelles.

Posted in: Afrique, Corporate News, Déménagement
Tag(s): , , , , , ,

African branch managers in Cape Town

Trois directrices d’agence AGS honorent la confiance qu’AGS Déménagements Internationaux accorde au personnel dynamique et porteur d’idées nouvelles.

Iris Becquart, Sophie Bidau et Carole-Anne Duchet ont beaucoup en commun. Elles ont toutes les trois intégré AGS par le biais d’un V.I.E (Volontariat International en Entreprises) après leurs études. A la fin de leurs V.I.E respectifs, les trois femmes ont chacune été affectées dans une filiale AGS en Afrique. Grâce à leur dévouement et à leur dynamisme, elles sont devenues aujourd’hui directrices d’agence.

Selon Christophe Mordelet, Directeur des Ressources Humaines du groupe AGS, le choix d’envoyer de jeunes femmes en mission dans des environnements professionnels et culturels difficiles et de les promouvoir ensuite à la tête de leurs filiales respectives n’a jamais été pris à la légère. De jeunes diplômés envoyés en mission par le groupe les ont précédées avec succès.

« C’était un vrai défi, mais j’aime toujours surmonter les clichés », observe Christophe.

« Plus d’un tiers des V.I.E à long-terme dans le groupe sont des femmes. Selon notre PDG, les personnes courageuses, ayant des idées et aimant leur travail sont des ressources internes clés pour le succès de l’entreprise ».

Faire face aux stéréotypes liés au genre

Iris Becquart a commencé sa mission de V.I.E en 2008 en tant que commerciale en Ouganda, après avoir obtenu un Master en Transport, Logistique et Commerce International. N’étant auparavant jamais allée en Afrique, Iris a décidé de relever le défi.

« Depuis très jeune j’ai l’esprit d’aventure. J’ai partout voyagé en solitaire et cela m’a encouragé à tenter une expérience en Afrique », dit-elle. « C’était en Afrique de l’Est, dans un pays qui à l’époque n’était pas très connu, et l’inconnu m’a attirée ».

Sophie Bidau, à l’inverse, était déjà impliquée dans un projet humanitaire au Niger quand elle y a fait la rencontre du Directeur d’agence local, lequel l’a encouragée à postuler au programme V.I.E.

« Mon père travaillant dans l’Armée, je n’ai jamais vécu plus de deux ou trois ans au même endroit », affirme-t-elle.

Carole-Anne Duchet quant à elle révèle avoir toujours vécu à l’étranger depuis sa naissance en Allemagne et dit que toute sa famille partage la passion du voyage.

« AGS m’a offert un travail en Afrique. Comme je connaissais le continent africain j’ai accepté sans hésiter », dit-elle. « Je venais de terminer mon contrat en France et suis montée dans le premier avion pour la Zambie ».

Alors que Carole-Anne a commencé avec AGS en Zambie et a été nommée directrice de cette même filiale en 2013 – elle indique que travailler en Zambie est une « histoire d’amour » – le parcours d’Iris et de Sophie a été quelque peu différent.

«Entre 2008 et 2012 j’étais en formation et ai travaillé dans différentes agences AGS. Je suis allée au Gabon, au Mali, au Benin et suis retournée en Afrique de l’Est », explique Iris. « Autant d’agences, autant de cultures et de façons d’interagir bien distinctes. Les défis sont similaires, mais il existe différentes manières de faire les choses».

Sophie a également expérimenté plusieurs pays avec AGS ; elle a commencé par le Ghana suivi de l’Angola et du Kenya, puis est retournée au Ghana pour enfin aller au Zimbabwe, où elle a été nommée directrice de l’agence fin 2012.

Le plus grand défi à relever selon Sophie a été de s’adapter aux nouvelles règles et aux manières d’aborder les gens dans chaque nouveau pays où elle travaillait. Le fait d’être une femme n’a toutefois jamais représenté un obstacle.

« Je suis convaincue qu’être une femme rend la tâche plus facile. En Angola par exemple, on m’avait dit que c’était impossible alors que tout compte fait j’ai trouvé cela possible, même si cela a été rude »

explique Sophie en souriant.

« Quand les hommes ne voulaient pas mettre à exécution ce que je leur demandais, j’avais simplement à leur montrer que s’ils ne le faisaient pas, c’est moi qui le ferais. Au final ils exécutaient le travail demandé par fierté de ne pas laisser une femme le faire à leur place ».

Iris et Carole-Anne sont d’accord avec elle sur ce point.

« Les  hommes veulent vraiment vous aider, vous respecter et vous surprendre, en ce sens la communication est plutôt différente », ajoute Iris.

« Notre activité n’est pas sans difficultés, notamment parce que les clients sont généralement très impatients de recevoir leur conteneur, en particulier ceux qui attendent leurs effets personnels », développe Iris. « Quand ces clients-là viennent à l’agence pour réclamer leur conteneur, ils deviennent plus sereins lorsqu’ils me voient. Nous avons alors une discussion posée dénuée de colère. Je pense qu’être une femme aide à la résolution des conflits et je vois en cela un avantage ».

Promouvoir les étoiles montantes

Christophe Mordelet lui-même a défié la norme il y a 18 ans en étant nommé Directeur des Ressources Humaines à l’âge de 28 ans. Il était alors le cinquième plus jeune Directeur des Ressources Humaines de France.

Le Directeur AGS Afrique et Moyen-Orient, Guillaume Dehem, a eu lui aussi un parcours assez similaire. Parti en mission en Afrique sous un contrat de volontariat international, Guillaume a été nommé directeur d’agence puis a pris des responsabilités sur le réseau africain d’AGS.

« J’encourage et pousse les responsables de réseau à recruter des jeunes pour occuper des postes de directeurs d’agence. Lorsque nous conduisons des entretiens d’embauche, nous ne nous contentons pas de remplir des évaluations en cochant oui ou non à des critères précis, comme beaucoup d’entreprises le font»,

explique Christophe Mordelet.

« Nous ne nous focalisons pas sur les diplômes mais cherchons plutôt des personnes capables de trouver des solutions dans les situations auxquelles elles font face. C’est d’autant plus valable pour notre entreprise car un tiers de notre réseau est situé en Afrique ».

LEGENDE : Conférence AGS Afrique au Cap, Afrique du Sud (de gauche à droite) : Werner Steffen, Responsable International des Ressources Humaines Réseaux Asie, Europe et le Moyen Orient ; Carole-Anne Duchet, Directrice AGS Zambie ; Iris Becquart, Directrice AGS Rwanda ; Christophe Mordelet, Directeur des Ressources Humaines du groupe AGS et Sophie Bidau, Directrice AGS Zimbabwe.

Demande de devis